Bienvenue

Bienvenue sur mes pages. Ce site est encore en construction, soyez indulgents. Petit à petit je parlerai de mes divers travaux que je fais et que j'ai faits, créations de décors, techniques de décors, matières, montages de kits, constructions intégrales, créations de bâtiments. Des articles plus techniques seront présentés, que se soit dans le domaine de la déco comme dans les domaines de l'électricité et du digital. Mais d'abord se sera une remontée dans le temps ; c'est pour cela que vous trouverez des articles datés de 2009 voir avant.

Bonne découverte et bonne lecture.

Dany

Translate

mercredi 9 décembre 2020

Grue de secours Industrial Works

J’aime les grues, celles-ci donnent une touche originale sur un réseau. Tichy Train Group, propose une grue  de 120 tonne en kit plastique très intéressantE. Tichy Train Group

Ces grues  furent construites par Industrial Works au Michigan dès 1909. Quelques unes furent importées sur nos réseaux après la première guerre mondiale dès 1918 au même titre que furent importées des machines à vapeurs ou les inoubliables wagons TP.


Le kit est en plastique injecté, d’une très bonne qualité d'un plastique assez dur. La gravure est très fine et peux de bavures sont présentes sur les grappes. Environ 150 pièces composent ce kit. 

La notice en Anglais, précise qu’il faut compter 6 à 8 heures de montage. Celui-ci se fait par sous ensembles ce qui facilitera la mise en peinture, certaines pièces restent mobiles.


Première étape, le montage des bogies, les flancs devront être bien parallèles. Les paliers qui recevront les axes à pointes sont en nylon. Dans un premier temps j’avais l’intention de remplacer ces bogies par des Kadee, mais après un essai de roulage je suis surpris par le manque de frottement entre plastique et nylon de plus un petit effet de ressort fait penser que le châssis est suspendu. De toute façon ce type de matériel n’est pas amené à faire beaucoup de kilomètres sur le réseau.



Le châssis est au standard Américain, bien plus haut que sur le materiel Européen. Il faut réduire la hauteur en recoupant les longerons et les traverses de choc. Ce travail fini, celles-ci présentent une coupure disgracieuse qui sera masquée par une plaque en laiton sur laquelle seront montés les tampons et l’attelage à vis. Je reviendrais un peut plus loin sur cette modification.




Le montage de la flèche ne pose pas de difficultés majeures si ce n’est qu’il faut être méticuleux sur la mise en forme des treillis. Il est d’ailleurs précisé dans la notice de faire attention aux traces de doigts du à un excès probable de colle.



Montage des poulies, celles-ci doivent rester mobiles, les pièces sont petites et la colle file vite. Il faut avoir la main légère.



Une erreur est  présente sur le moulage des flasques du crochet principal. Il manque un ergot qui permet d’emprisonner le crochet et de le laisser mobile. J’ai remédié au problème en perçant les flasques et en introduisant un axe en plastique.



Une partie des pièces destinées à la machinerie. J’ai bien aimé la courtoisie dans la notice qui au moment du montage des cylindres précise « nous sommes désolés mais nous n’avons pas put mettre de détrompeur sur cette pièce là » petite attention bien sympa.


Les entrailles, faciles à monter malgré la quantités de pièces, tout s’emboîte pile poil, en respectant l’ordre de montage qui est bien fait et permet de laisser la colle sécher tout  en pouvant continuer à travailler sur un autre point.



Revenons au châssis ou plus précisément aux traverses de tamponnement. J’ai scanné la traverse, mis à l’échelle dans mon logiciel de dessin favori, vérifié les cotes et tracé la pièce qui viendra masquer la misère.

Petit découpage en papier afin de tester



Et on passe à la gravure chimique, et quelques brasures plus tard un petit coup de colle bi composant et le tour est joué. Les traverses une fois peintes on y verra plus rien. Bon les puristes auront toujours à redire.

Les tampons sont de chez Loco Set Loisir et les attelages, gravure personnelle.



Les sous ensembles sont près pour la peinture. Un petit brossage à l’eau chaude avec du savon de Marseille, séchage et passage à l’aérographe. Les bouts de châssis avec les pièces en maillechort sont passé dans un bain d’acide pour améliorer l'accroche de l'apprêt, puis rinçage à l’eau chaude et séchage.


Vu la réduction en hauteur du châssis, on ne peut plus utiliser le lest fournis dans le kit. Il est remplacé par une plaque de laiton de 2mm d’épais ce qui est amplement suffisant. La grue n’étant pas fonctionnelle on pourrais s’en passer mais cela donne une petite masse et un déplacement plus souple sur les rails.



La peinture des sous ensembles est faite.

  • Le châssis en noir chaudière
  • La machinerie gris moyen rehaussé de certaines pièces en métal HB53 ou alu HB56.
  • Les commandes en rouges, et le tout patiné en crasse et rouille universelle.
  • Un peu de charbon déposé devant la chaudière qui est passé à la rouille.
  • La caisse en vert olive Plm
  • La flèche en gris moyen pour les décalques je cale.
  • Les roues sont en noir et les bandages sont couleur argent HB11. Bof pas terrible à l’occasion j’échangerais les essieux pour quelque chose de mieux que du plastique.

La fin de ce montage approche. Reste à poser les câbles. C’est à mon avis le travail le plus délicat sur ce type de maquette. Le plastique ne permet pas beaucoup de tension sur les agrées, comparé à une maquette navale en bois ou l’on peut tendre les manœuvre sans trop de problème de rupture.



Chantier filerie. La macrophotographie ne pardonne pas. On voit bien que le fil ne passe pas dans le réa mais à coté de celui ci.


Les gros doigts non plus ne pardonnent pas. Les mains courantes sont très fragiles, j'ai été obligé de les recoller 2 fois, je verrais après une retouche de peinture si je las garde ou si je les refaite en fil de maillechort.

Pour ceux qui voudront monter cette grue, il est conseillé de laisser les poulies mobiles, cela facilite le travail. Les passages de fil doivent être clairs et pas empâtés par de la peinture par exemple. Un petit passage d’alésoir ou d’un foret de 0.4 n’est pas inutile. Bien immobiliser le model sur l’établi et éclairer convenablement.

Après c’est une histoire de patience et de nerfs. Bien étudier  le schéma, le blabla n’est que de peut d’utilité. J’apprête mon fil avec de la colle rapide et très fluide, colle 21 par exemple, sur environ 1 cm, ce qui lui confère une bonne rigidité et fait office d’aiguille. Tranquillement j’enfile sur les réas tout en gardant une petite tension sur l’ensemble. Il est inutile de vouloir faire un model fonctionnel. Il faut choisir dès le départ la position de la flèche. Par contre, j’ai laissé un peut de rab de fil, ce qui me permettra le cas échéant de parfaire le réglage quant j’incorporerais définitivement la grue dans le convois de secours.

Les fils sont bloqués avec un léger point de colle.

Lors de l’incorporation avec le wagon porte flèche, il faudra donner une légère tension sur le point d’accrochage du crochet afin de rigidifier l’ensemble des câbles.


Il ne reste plus qu’à trouver le reste du matériel pour faire un convoi cohérent.









 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire